AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Ryû Shizen - La perfection existe... (U.C)



 
♦ Forum fermé.

Partagez| .

Ryû Shizen - La perfection existe... (U.C)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

Ryû Shizen

avatar

→ nouveau ici.

Ϟ ENCRE DE CHINE : 2

MessageSujet: Ryû Shizen - La perfection existe... (U.C) Sam 8 Oct - 23:31


NOM ET PRÉNOM COMPLET
CITATION.

21 ans ◮ 21 Mai ◮ Kiri ◮ GRADE ◮ AFFINITÉ ◮ TON NINDÔ.

Écris une petite description sur toi, ton prénom, ton âge, comment tu es tombé sur le forum, si tu as des choses à dire dessus. :)
As-tu lu le règlement ? .
Code.

Description mentale
.


Si je vous disais que mon rêve est de devenir assez fort pour protéger ceux que j'aime, ou encore de devenir le meilleur Mizukage que Kiri n'ait jamais eu, ça ferait trop cliché. Et pour tout vous dire, me décrire pour vous me fait bien chier. En gros, je n'ai rien à vous dire, ni à toi cher lecteur, ni aux autres abrutis qui passeront par ici. Mais bon, puisque la situation l'exige, je tâcherai de faire un petit effort.

Comme vous avez pu vous en rendre compte, s'il y a bien une chose que je n'aime pas, c'est parler aux déchets, et quand je dois me décrire à eux, c'est encore pire. Comme s'il y avait besoin de mots pour se rendre compte à quel point je vous suis supérieur, franchement. Je n'accorde mon intérêt qu'aux personnes qui le méritent et je peux vous dire que ces dernières sont rares. Il est cependant rare de me voir me tromper sur quelqu'un, je cerne les gens assez rapidement en général, assez pratique pour sonder les loosers. Malheureusement pour moi, Kiri en est rempli, mais je suis quasiment certain qu'il en va de même pour les autres villages.

Commençons directement avec l'une des parties les plus importantes de mon caractère, les femmes. Il faut savoir que je suis un incorrigible séducteur, même si la plupart du temps je n'ai pas besoin de forcer mon talent. Jouissant d'un physique plutôt avantageux, les filles tombent généralement comme des mouches sans avoir besoin de dire grand chose. Mais je suis exigeant, seules les plus belles filles ont l'honneur d'être accueillies dans mon lit et aucune d'entre elles n'a jamais regretté bien au contraire.

Egocentrique, vaniteux, vantard, ce sont des adjectifs que les jaloux m'attribuent quand ils doivent me qualifier. Personnellement, j'estime être réaliste, tout simplement. Je sais pertinemment que je vaux mieux que la majorité des personnes vivants sur cette terre, et je ne m'en cache pas. Le pire, c'est que je sais que vous le pensez aussi, mais vous avez simplement honte de l'admettre, honte de votre nullité... Il faut aussi savoir que je ne contrôle pas mes sautes d'humeur, alors attention à ce que vous dites en ma présence, sinon, vous risquez de vous retrouver encastré dans un mur, voire pire.

Egoïste, je ne partage pour ainsi dire quasiment jamais avec les gens, même si ceux-ci sont censés être mes alliés. Par exemple, si nous manquons cruellement de vivres lors d'une mission, je consommerai ce qui reste seul, quitte à faire mourir de faim mes compagnons. Certains seront peut-être choqués en lisant ceci, mais osez jurer devant Dieu que vous n'avez jamais pensé à sauver votre vie avant celle d'un ami quand la situation se présentait? Et bien moi, je ne cache pas que c'est moi avant les autres, et pas autrement. Les héros, ça n'existe pas, seuls quelques clowns complètement stupides qui se donnent un rôle pour faire bien devant les filles prétendent prêts à se sacrifier pour une noble cause. Ce genre de personne me fait rire, tout simplement.

Impatient, je n'accepte pas que les choses trainent. Quand je veux quelque chose, on doit me l'apporter tout de suite, sinon, cela me met de mauvaise humeur. Je vous passe, bien gentiment, les détails de mon comportement quand je suis dans cet état, pour ne pas heurter les âmes sensibles qui lisent cette description. Souvenez vous de cet éclair de bonté qui me traverse en ce moment même, car ils seront rares.

Il n'y a pas plus têtu que moi. Quand j'ai une idée en tête, personne ne peut m'arrêter et même si je me rends bien compte que je suis dans l'erreur, je poursuis quand même dans la voie que j'ai empruntée. C'est agaçant, je sais bien, mais je me fous pas mal de l'opinion que les gens peuvent avoir de moi. Ma philosophie est simple et se résume en une phrase que j'affectionne tout particulièrement "Je suis le maître de mon destin, le capitaine de mon âme"... Il n'y a pas trente-six façons de la comprendre, moi je vois ça comme "tu fais ce que tu veux de ta vie, personne n'a rien à te dire" et c'est exactement ce que je fais de ma vie.

Vulguaire, je ne me gêne pas pour jurer quand un truc me saoule, et cela, même lorsque je suis en présence d'une femme. Elles aiment la délicatesse et la finesse? J'en ai rien à secouer. De toute façon, ne croyez pas que je ne suis pas capable, pour un soir, d'enfiler la veste du parfait gentleman. On pourrait assimiler cette transformation à celle que fait le caméléon pour se fondre dans son environnement. Ce qui fait de moi un salopard encore plus imprévisible car on ne sait jamais quel comportement je décide d'adopter. Donc, si vous êtes une fois en ma compagnie, un honneur que j'accepterais (peut-être) de vous faire, ne vous étonnez pas si je suis aussi doux qu'un agneau, c'est que je joue bien la commédie. Me foutre de la gueule des gens est mon passe-temps favoris et le plus drôle, c'est que tout le monde tombe toujours dans le panneau.

Je déteste la médiocrité, tous ceux que j'estime être inintéressant ne méritent rien d'autre que des moqueries ou des petites réflexions ayant non pas pour but de les rabaisser, mais pour simplement leur montrer ce qu'ils sont vraiment. Ma demi-soeur, Yui, fait partie de ces personnes. Nos veines sont impregnées du même sang, elle aurait donc pu faire partie des rares exceptions, mais elle ne vaut au final pas mieux que les autres. Mais je suis son grand frère, et il est de mon devoir de la protéger, même si techniquement je n'ai pas de comptes à lui rendre. Je me sens protecteur envers elle et même si nos rapports sont loin d'être cordiaux, je garde toujours un oeil sur elle.

Aussi, je n'encaisse pas l'autorité. Je ne supporte pas les personnes qui sont plus grâdés que moi et qui, par conséquent, sont en droit de me donner des ordres. Je suis un esprit libre qui agi selon sa propre volonté et j'estime que personne n'est assez bien sur cette terre pour me dicter ma conduite. C'est peut-être pour cette raison que j'ai fait ce qu'il fallait, tout au long de ma vie, pour un jour devenir Mizukage. Ce boulot est certes chiant, mais je sais que lorsque j'investirai le boulot du chef, je trouverai une combine pour déléguer toutes les tâches ingrâtes à des sous-fifres inutiles. Je me contenterai alors de rester peinard, un repos bien mérité après vingt et une longues années de labeur.

Ouais, je suis une raclure et supporter un type comme moi s'apparente à mission impossible, mais vous ne savez pas encore la meilleure! Je souffre d'une maladie extrêmement saoulante, la narcolepsie. Tout le monde connait le principe, mais pour un gars tel que moi, c'est vraiment dérangeant. S'endormir à n'importe quel moment, en pleine discussion ou en plein repas, c'est inacceptable, surtout quand on possède un grâde comme le mien.

Pour conclure, nous dirons que je suis une sorte de génie qui n'a de rival dans aucun domaine. Le reflet de la perfection, c'est moi, et je plains sincèrement ceux qui auront la malchance de se retrouver face à moi. Vous voilà prévenus, déchets.


Description physique
.


Vous savez, ce n'est pas facile tous les jours d'être un pure beau gosse. Les filles vous courent après et vous êtes sans cesse harcelés par de magnifiques nymphes en manque de companie, non franchement, c'est agaçant. Il est évident que c'est de l'ironie, mais je vous accorde qu'avec moi, on ne sait jamais. Il est évident que je n'échangerais mon physique avec un autre pour rien au monde, tout simplement parce que je suis la perfection incarnée. Un visage d'ange, un magnifique corps sculpté par le combat, bref, j'ai absolument tout pour plaire.

J'ai toujours été mignon, à part pendant cette période néfaste que l'on appelle "puberté". Une saleté, je vous le dis. Je prends la chose comme une maladie passagère qui cause bien des ennuis aux garçons, mais heureusement, je n'ai pas été marqué par cette période de ma vie. Enfant déjà, je suscitais l'intérêt des jeunes filles de l'Académie, mais comme j'étais naïf à cette époque, je ne voyais rien. La seule chose à laquelle je pensais, c'était réussir mes études correctement afin que ma mère soit fière de moi, et je peux vous dire que j'étais le meilleur. Premier de classe, je dépassais largement mes camarades, si bien, que mes professeurs décidèrent de me faire sauter plusieurs classes. Mais même là, je ne souffrais d'aucune concurrence.

Enfin bref, nous nous écartons un petit peu du sujet principal. Je vous disais donc que j'étais le parfait petit garçon, en me voyant, les mères de mes amis ne pouvaient s'empêcher de se dire "Pourquoi mon fils n'est pas comme lui". En même temps, quel parent un petit peu censé n'aurait pas voulu avoir un enfant comme moi? Intelligent, mignon et doué dans tout ce qu'il entreprend... Le rêve en somme.

Le temps passe, et je ne cesse de devenir de plus en plus beau. Les choses se bonifient avec le temps n'est-ce pas? Et bien on peut dire que cette expression a été faite pour moi. Plus je grandissais, et plus je devenais beau, c'était un truc de malade. Les missions que j'ai été obligé d'enchaîner m'ont sculpté un corps tout simplement parfait, que tous les garçons m'envient. Non mais je les comprends, et puis ça prouve bien que les gens ne sont pas complètement stupides, ils sont parfaitement capables de repérer ce qui est mieux qu'eux.

Je ne revets généralement que des tenues sobres, excepté lors des évènements spéciaux. Pourquoi? Tout simplement parce qu'un rien ne m'habille et que vu le corps que je me tape, je n'ai pas besoin de faire dans l'originalité pour que l'on se retourne sur moi. Peut-être qu'en lisant ceci, certains seront choqués, ou amusés de voir à quel point je peux être prétentieux. Pourtant, laissez moi vous dire une chose, tout ce que je raconte en ce moment n'est que pure vérité. Je suis le meilleur, personne ne m'arrive à la cheville et je sais que je vaux mieux que vous. Mentalement, je sans doute l'une des personnes les plus fortes qui existe, je n'ai peur de rien et personne ne peut me faire craquer. Question beauté, je n'ai pas non plus besoin de m'étendre pendant des heures sur le sujet, vous avez des yeux pour voir, vous êtes donc censés vous rendre compte du niveau de perfection de ce que vous avez en face de vous. Et si ce n'est pas le cas, laissez moi juste vous dire que vous êtes sérieusement atteint. Nous allons conclure cette petite analyse en disant que je possède un physique de rêve et que je suis l'incarnation de ce que les hommes espèrent un jour devenir...


Histoire de ton personnage.
.


Un père volage qui sautait sur tout ce qui bougeait, une mère qui n'avait aucun scrupule à coucher avec un homme marié, voilà dans quelle athmosphère je vis le jour. Toutes les conditions étaient rénuies pour faire de moi quelqu'un de faible, surtout moralement. Et je peux vous dire que mon enfance ne fut pas des plus heureuses. Une mère qui passait ses soirées à sanglotter à cause d'un homme qui lui avait promis monts et merveilles au début de leur relation et qui, lorsqu'il en eut assez, se tira sans un mot. Un salopard de la pire espèce cet homme là, il n'allait certainement pas en sortir indemne, mais bon, à cette époque, la seule chose qui me préoccupait, c'était de rendre ma mère heureuse. J'étais très jeune, mais la seule chose que je désirais, profondément, c'était que ma mère arrête de pleurer tous les soirs. Elle qui avait un si beau sourire, je ne le voyais que trop rarement.

Heureusement, je me révélai être une sorte de génie. A l'Académie, j'étais premier de classe dans toutes les matières, et de très loin. La première fois que je revis ce sourire que j'aimais tant, ce fut lorsque mon professeur annonça à ma mère que j'avais un avenir plus que prometteur au sein du village. Ma vie ne fut pas très agréable, et même si cela peut paraitre étonnant pour certains, je pense que cette journée là fut la meilleure de ma vie. Par contre, même si l'état mental de ma mère s'améliorait, pour moi, c'était une toute autre histoire. Encore aujourd'hui, je me demande si c'est à cause des éloges du professeur, ou simplement parce que j'étais comme ça de naissance, mais je commençai à devenir arrogant. Je réussissais absolument tout ce que j'entreprenais, vous ne connaitrez jamais cet incroyable sentiment que j'avais (et que j'ai encore) en voyant mes camarades échoués dans un exercice que je maîtrisais à la perfection. Je me sentais fort, important, et j'avais l'impression que le monde tournait autour de moi et admirait mon talent.

Mais je me rendis bien vite compte que le monde dans lequel je vivais n'aimait pas les surdoués. Je fus rapidement exclu par les autres élèves, très certainement jaloux de mes incroyables capacités. Ils me regardaient comme si j'étais un paria, une espèce de sale bête dont il fallait se tenir éloigné au risque d'attraper la maladie qu'elle possédait. Ils ne comprenaient rien, je détestais tous ces abrutis incompétents! Néanmoins, je les remercie aujourd'hui de m'avoir ouvert les yeux. J'étais mieux que tous ces enfoirés, personne ne m'arrivait à la cheville et je n'avais même pas besoin de me forcer pour le prouver chaque jour.

En grandissant, l'arrogance se transforma en véritable narcissisme. Je prônais haut et fort ma supériorité, et même si ma mère - pour qui j'avais fait tant d'efforts - détestait ce comportement que j'avais adopté, elle était réellement fière d'avoir un fils comme moi. Ma réputation au sein du village ne fut plus à faire lorsque je devins Jônin à l'âge exceptionnel de douze ans. C'était extraordinaire, peu de Ninjas avant moi avaient réussi cet exploit. Je jubilais, même si les Shinobis de ma promotion ne parvenaient pas à admettre que j'étais le meilleur, les dirigeants du village, eux, savaient reconnaitre une personne d'exception lorsqu'ils en voyaient une.

Ce fut à mes quinze ans que je me révélai réellement, en réussissant une mission dite perdue d'avance. Durant cette dernière, un choix s'offrit à moi, soit je garantissais à mes camarades de revenir vivants au village pour retrouver leurs familles respectives, soit je ne pensais qu'à moi en poursuivant l'objectif fixé au départ sans penser aux autres. Il n'est, naturellement, pas nécessaire de dire pour quelle option j'optai. Nous perdîmes de bons éléments ce jour-là, mais j'étais devenu un héros. Cependant, j'avais fini par me transformer en une sorte de monstre égoïste et froid. J'avais une vie certes bien remplie, mais je ne me sentais jamais satisfait, j'en voulais toujours plus. Les hauts placés du village voyaient ça comme une qualité incontestable, mais c'était vraiment pesant pour moi. J'avais beau faire tout ce que je pouvais, rien n'était jamais assez bien, je n'avais jamais l'impression d'avoir rempli mes objectifs.

Mais malgré tout, nous ne pouvions pas dire que j'avais une vie très difficile. J'étais beau, intelligent et extrêmement talentueux, mais voilà, malgré les efforts de ma mère pour m'éloigner de cette partie de ma famille je finis par rencontrer ma soeur cadette. A l'époque, elle n'avait que quatorze ans, et moi seize, et je fus étonné de voir quelle fut sa réaction lors de notre première rencontre. Elle savait bien sûr qui j'étais et de mon côté, je la connaissais de vue. Mais le pire, c'est qu'elle osa me dire que je n'aurais jamais dû être, que c'était la faute de ma mère si les relations entre ses parents s'étaient gravement déteriorées, bref, elle rejeta tout le négatif de sa misérable vie sur moi. Une réaction typique chez une jalouse, j'étais habitué...

Je réagis, comme à mon habitude, de manière hautaine. Je la toisai et répondit qu'elle ne m'intéressait nullement et qu'elle ne valait même pas la peine que je discute avec elle. Au fond, je pense que j'aurais voulu que cela se passe bien avec elle, c'était ma petite soeur, et j'imaginais qu'elle deviendrait ma première amie, je me trompais. Elle me haïssait, non pas parce que j'étais quelqu'un d'insupportable, mais simplement parce que j'étais né. J'étais le résultat de l'union entre un coureur de jupon et une femme naïve qui s'imaginait déjà fonder une belle et grande famille. Ce n'était pas glorieux, je sais, mais pour rien au monde je n'aurais échangé ma mère contre une autre.

J'étais néanmoins fou de rage contre Yui, elle qui avait osé me parler de la sorte. Les seules personnes qui m'avaient manqué de respect avant elle n'étaient, malheureusement pour elles, plus en état dans parler. Pour les plus idiots d'entre vous, je veux bien sûr dire que je les ai tué, et sans hésitation en plus. Enfin, j'étais réellement en colère contre ma soeur cadette. Selon elle, je ne méritais pas de vivre, ou encore de porter le même nom qu'elle. Plus j'y pensais et plus je me disais que je ferais mieux d'y retourner pour lui apprendre la vie à cette petite sotte. Je vous l'accorde, mon caractère irascible m'avait déjà mis dans de délicates situations auparavant, mais le respect était une chose primordiale pour moi. Et quand je parle du respect, c'est celui que l'on me doit à moi, naturellement. J'étais pratiquement convaincu que n'importe qui, à ma place, aurait laissé tomber car il ne s'agissait que d'une gamine de quatorze ans, mais pas moi.

Je me rappellerai ce jour-là toute ma vie. Ma mère, voyant mes joues rouges à cause de la colère, me demanda ce qu'il s'était passé. N'ayant jamais eu aucun secret pour elle, je lui racontai toute l'histoire, de A à Z. Elle me sourit, et me dit que Yui était ma petite soeur, que je le veuille ou non. Le même sang coulait dans nos veines, ce qui impliquait que je devais m'occuper d'elle, la protéger et l'aider quand elle avait besoin. Ces paroles me firent bien rire au début, j'avais l'impression de rêver. Elle avait été irrespéctueuse à un tel point... Et pourtant, elle voulait que je ne réagisse pas. J'eus du mal à l'accepter et il me fallut pas mal de temps avant de comprendre ce que cela impliquait d'être l'aîné. Même si je la détestais et qu'elle ne m'aimait pas non plus, j'allais devoir garder un oeil sur elle.

La vie reprit son cours et comme promis, je surveillais Yui. Cette dernière n'en savait rien bien sûr, j'estimais qu'il n'était pas nécessaire pour elle d'apprendre toute la vérité. De toute façon, elle m'enverrait balader à la première occasion, et si cela arrivait, je n'aurais pas la force de me maîtriser. Mais un jour, je devais avoir dix huit ou dix neuf ans, je fus appelé dans le bureau du Mizukage. Dans le message que j'avais reçu, il n'y avait aucune indication sur l'objet de cette convocation. Je n'aimais pas ça du tout, je n'étais pas un simple ninja que l'on faisait venir avec un message bidon. Peu importe que ce soit le Kage ou encore le type qui rêgnait sur le monde, mon grâde au sein du village faisait quand même de moi quelqu'un d'assez important. Je m'y rendis donc de mon habituelle démarche lente et nonchalente et rentrai au moins une demi-heure en retard. A ce moment là, je ne me doutais de rien, je n'étais pas conscient de la nouvelle qui allait me tomber dessus...

Imperturbable, j'écoutai sans sourciller le discours du Mizukage. Ce dernier avait pris un ton sérieux, presque solennelle et au bout d'un quart d'heure de discussion, il finit par me dire que j'étais pressenti pour devenir moi même Mizukage. Cela ne m'étonna qu'à moitié, vu le talent que je possédais, mais je fus quand même un peu surpris de voir que les hauts placés du village s'étaient rendu compte de ma valeur aussi vite. Cependant, j'étais encore jeune, et ils hésitaient encore à me confier la direction de Kiri. De toute façon, je n'étais pas pressé d'avoir de telles responsabilités, je trouvais que j'en avais déjà assez comme ça.
.
Revenir en haut Aller en bas

Atchoum


→ Kunoichi de Kiri.

Ϟ ENCRE DE CHINE : 153
Ϟ LOCALISATION : Nulle part.
Ϟ NINDÔ : Plus aucun.

Expérience.
Rang : Juunin & Membre des 9
Expérience:
89/200  (89/200)

MessageSujet: Re: Ryû Shizen - La perfection existe... (U.C) Ven 14 Oct - 20:12

Bonjour et bienvenue sur le forum !

Je te rappel que tu dois terminé ta fiche avant le 22 octobre, sinon, elle sera archivée.
J'ai d'ailleurs l'impression qu'elle est terminée mais le 'U.C' me fait douter. :s

Merci de nous donner des nouvelles. ^^
Revenir en haut Aller en bas

Ryû Shizen

avatar

→ nouveau ici.

Ϟ ENCRE DE CHINE : 2

MessageSujet: Re: Ryû Shizen - La perfection existe... (U.C) Sam 22 Oct - 13:08

La présentation avance, malheureusement, je n'aurai pas le temps de la terminer à temps...
Revenir en haut Aller en bas

Atchoum


→ Kunoichi de Kiri.

Ϟ ENCRE DE CHINE : 153
Ϟ LOCALISATION : Nulle part.
Ϟ NINDÔ : Plus aucun.

Expérience.
Rang : Juunin & Membre des 9
Expérience:
89/200  (89/200)

MessageSujet: Re: Ryû Shizen - La perfection existe... (U.C) Sam 22 Oct - 13:16

Du moment que tu nous donnes des nouvelles, ça va ! On peut t'accorder un délais si tu en as besoin. :)
Revenir en haut Aller en bas

Sakura Haruno

avatar

FONDATRICEcherryblossom.

Ϟ ENCRE DE CHINE : 611
Ϟ LOCALISATION : Dans la cape d'Itachi.
Ϟ NINDÔ : Le coeur d'une femme est un océan de secrets.

Expérience.
Rang : Chūnin.
Expérience:
123/200  (123/200)

MessageSujet: Re: Ryû Shizen - La perfection existe... (U.C) Sam 22 Oct - 15:08

    Yôp,

    Délai accordé → 30 Octobre.
    Bonne chance pour terminer ta fiche jusqu'à cette date !

_________________

     
Revenir en haut Aller en bas

Sakura Haruno

avatar

FONDATRICEcherryblossom.

Ϟ ENCRE DE CHINE : 611
Ϟ LOCALISATION : Dans la cape d'Itachi.
Ϟ NINDÔ : Le coeur d'une femme est un océan de secrets.

Expérience.
Rang : Chūnin.
Expérience:
123/200  (123/200)

MessageSujet: Re: Ryû Shizen - La perfection existe... (U.C) Sam 29 Oct - 21:31

    J'archive, puisque tu changes de perso !

_________________

     
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Ryû Shizen - La perfection existe... (U.C)

Revenir en haut Aller en bas

Ryû Shizen - La perfection existe... (U.C)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» La perfection n'existe pas sur terre. Parfois je me demande d'où je viens
» Est-ce que Haldir existe? O_o
» [Validée]sora shizen, marine de son état, rêveur persévérant et fouteur de merde [terminée]
» N'existe pas dans One piece !
» Free reward n'existe plus ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto Ke :: ◮ Préface. :: Fiches de présentation :: Fiches refusées-